Web

Pourquoi l’e-Sport est un sport comme les autres ?

Il n’y a certes pas besoin de passer des semaines entières dans des salles de musculation à travailler ses deltoïdes pour y jouer, il n’y a pas besoin non plus d’avoir un régime alimentaire ultra-spécifique pour y exceller, et il n’y a pas besoin non plus d’être un homme ou une femme pour y prendre part et intégrer telle ou telle équipe. Malgré tout cela, l’e-Sport porte bien son nom car il demande tout un tas de qualités, des heures d’entrainement intensives et un talent naturel dans certains domaines pour en devenir un des meilleurs du monde. Alors si jouer une fois par mois sur Mario Kart dans sa Wii de salon contre ses potes peut difficilement être appelé un sport, devenir un professionnel à League of Legends et se battre contre les meilleurs lors de tournois aux prize-money atteignant des millions de dollars ne peut être défini autrement que par une performance sportive. C’est pourquoi l’on parle aussi de génération e-Sport : la moyenne d’âge est souvent inférieure à 25 ans…

 

Le besoin d’un mental à toute épreuve

L’e-Sport est donc un sport véritable pour deux raisons. La première est que sa pratique demande des capacités cognitives supérieures aux autres. Car même s’il ne suffit que de rester assis sur un siège pour y jouer, comme un joueur de poker ou d’échecs, le jeu vidéo demande de nombreuses autres qualités qu’il faut travailler durant des années pour atteindre un niveau au-dessus de la moyenne.

La première d’entre elles est très certainement la capacité de concentration intensive. Une partie d’e-Sport peut durer plusieurs heures, voire plusieurs jours dans certains cas extrêmes, et il faut être capable de rester au top de sa concentration durant tout ce temps, car le moindre relâchement peut très vite coûter cher. Aussi, certains jeux e-Sport comme Warcraft demandent d’analyser de nombreux éléments en même temps sur différentes échelles, et il faut être capable de rester concentré aussi bien sur ses objectifs à long terme que ceux à court terme. De trop penser au moment présent sans visualiser toutes les conséquences et actions à venir est synonyme d’échec inévitable.

Une autre qualité demandée par l’e-Sport, en lien avec ce besoin de rester concentré, est donc la résistance. Et c’est là que l’on s’approche le plus possible de la notion de forme physique des athlètes de l’e-Sport. Il faut être capable de supporter visuellement la multitude d’images, souvent colorées, qui apparaît sur l’écran d’ordi, sans tomber dans la fatigue oculaire qui deviendrait alors un gros désavantage. Les yeux d’un pratiquant de l’e-Sport sont comme les poumons du marathonien, vitaux pour réussir. Physiquement, le dos et les doigts souffrent aussi dans une compétition d’e-Sport où les parties s’enchaînent sans cesse. Pour éviter le blocage du dos ou la crispation des articulations de la main, bonne posture, musculation et relâchement sont indispensables, comme tout athlète qui se respecte.

Encore une qualité requise pour être performant à l’e-Sport est la rapidité de décision. On considère qu’un e-Sportif effectue plus de 300 actions différentes par minute, alors qu’un joueur normal tournera plus autour des 50 actions par minute. Et en plus de devoir prendre toutes ses décisions, il faut faire en sorte qu’elles soient les meilleures possibles car toute erreur ralentira les progrès d’une équipe entière. Le degré de concentration sera donc encore là primordial, tout comme la vélocité à laquelle le cerveau sera capable d’enchaîner les actions.

 

Meltdown Paris Competition League Of Legends
Photo par Wikipédia/CC BY-SA 4.0

 

Une des activités les plus liées à celle de l’e-Sport, et qui est elle-aussi considérée comme un sport, est le poker. Là-aussi, concentration, résistance et capacité à prendre des décisions importantes en un temps restreint sont la clef du succès. Les meilleurs joueurs de poker ont d’ailleurs souvent tendance à s’essayer ensuite à l’e-Sport et inversement, tant les domaines sont proches. La pratique du Texas Hold’em a fini par conquérir toute la planète, et c’est encore un point commun entre le poker et l’e-Sport dont la popularité ne cesse de grimper.

 

Une influence digne des plus grands sports

Il s’agit d’ailleurs là de la seconde raison qui fait de l’e-Sport une véritable discipline sportive : son succès international. Alors que les premiers professionnels et teams officielles sont d’abord toutes venues de la Corée du Sud, aujourd’hui les États-Unis et l’Europe ont refait leur retard sur l’Asie et, même si la plupart des grands champions restent coréens, ils évoluent souvent au sein d’équipes américaines ou européennes. Ainsi, comme dans le football où des millions d’euros sont dépensés pour attirer les plus grands noms dans son club, les teams d’e-Sport s’arrachent les contrats des meilleurs gamers pour faire de leur équipe la meilleure, car l’e-Sport est avant tout un sport collectif plutôt qu’individuel. Et cette notion de travail collectif est encore une autre raison qui fait de l’e-Sport un vrai sport.

La preuve de cette popularité tient aussi dans l’organisation d’évènements à l’attrait planétaire attirant les meilleurs joueurs du monde entier. A l’instar des grandes compétitions sportives comme la Coupe du Monde ou des tournois majeurs de poker comme le World Poker Tour, l’e-Sport tient aussi ses grands rendez-vous, comme la Paris Games Week, et dont le dernier en date était la première finale de l’Overwatch League, qui aura vu le vainqueur, le London Spitfire, remporter la bagatelle d’un million de dollars, et tout cela devant un public de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Cette capacité qu’a l’e-Sport à attirer aussi bien joueurs, public que sponsors est une nouvelle preuve de la condition professionnelle de la discipline.

Enfin, les entrées récentes du PSG et de l’AS Monaco, poids lourds du foot français, dans le monde de l’e-Sport, ainsi que celui encore plus surprenant du club de rugby de l’USAP, qui a tenté un véritable coup de poker à cette occasion, sont les ultimes démonstrations du rapprochement entre l’e-Sport et le sport plus classique. La fin de l’histoire et du débat se terminera peut-être avec l’entrée de l’e-Sport au palmarès des Jeux Olympiques. Premier début de réponse en 2024.

Tags
Montrez plus

@lex

Fondateur d'Utopiie, et créateur de ce blog, Alexandre ARSAC est un passionné par tout ce qui touche à l'informatique et à la photographie.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :wacky: :vampire: :tongue: :sweating: :speechless: :smile: :sick: :shy: :santa: :sad: :punk: :pirate: :party: :ninja: :nerd: :milionaire: :love: :laugh: :kiss: :karate: :indian: :grin: :frozen: :emo: :dobtful: :devil: :cry: :cry :cool: :clown: :bored: :beaten: :angry: :angel: :amazed:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également

Close
Close
Close